Communiqué apropos de l’accord d’association UE -Maroc

Communiqué

Dans le cadre de l’accord d’association UE- Maroc lancé depuis 2000, et qui était à l’origine de l’adoption par le conseil d’association UE- Maroc en Octobre 2008 du statut avancé, et en vue de conclure un futur accord de libre échange, le président de la commission Européenne a effectué une visite de travail au Maroc le 1ER Mars 2013.

 

La déclaration du Président s’est focalisée sur :

· Une Coopération renforcée en matière de politique et de sécurité ;

· L’aspect économique qualifié d’important (Pêches, Agriculture …) ;

· La croissance économique à travers la création d’emplois et à la stabilité sociale, plutôt que le développement ;

· Un accord politique sue le partenariat pour la mobilité se limitant à la facilité d’octroi de visas restrictifs à certaines catégories.

 

Il est à noter que le plan d’action 2013-2017 en étant le cadre opérationnel des relations UE- Maroc est déjà approuvé sans pour autant permettre, comme ceci est stipulé par les propos du statut avancé, l’implication de la Société Civile œuvrant au niveau de l’espace Euro-méditerranéen, préoccupées par les questions dans ces différentes dimensions, sociale, économique, de droits humains entre autres, et qui font l’objet de partenariat entre l’Europe et les pays riverains de la Méditerranée.

 

A cet effet, le Réseau Marocain Euromed des ONG déplore la situation des droits socio-économique de la majorité des populations. La situation socio- économique de la majorité de la population reste préoccupante. Le taux de chômage dépassant 9 % a enregistré entre 2011 et 2012 une hausse touchant principalement les jeunes parmi les 25 et 34 ans. La pauvreté demeure importante, ainsi le taux de pauvreté en application de l’indice multidimensionnel fait brutalement grimper ce taux à 28 % en 2012 contre 9 %. Il est à relever que la situation est plus délicate dans les zones rurales avec des problèmes liés à l’accès à l’eau potable, aux installations sanitaires, à l’électrification et la scolarisation. Les enfants non scolarisés ou déscolarisés, ce sont les filles 58,4% et les enfants habitant en milieu rural 80% qui sont les grandes victimes et l’abandon dépasse 350.000 élèves. Les besoins exprimés par la population en termes de disponibilité et d’accès aux services de santé restent loin d’être satisfaits. L’accès au logement n’échappe pas à ce constat. Les mesures d’incitation prises par l’actuel gouvernement en matière de logement destiné à la classe moyenne ne vont pas assez loin selon certains promoteurs marocains. Le Maroc est appelé, donc, à déployer beaucoup d’efforts en vue d’améliorer l’indice de développement humain pour atteindre à l’horizon 2015 les objectifs du Millénaire fixés pour notre pays, et qui doivent s’inscrire pour autant dans le cadre de partenariat Maroc/ UE. Les axes de coopération doivent concerner en priorité les valeurs de la démocratie sociale, à même d’appuyer l’état de droit, de promouvoir les droits de l’homme et l’égalité juridique et sociale la justice sociale pour les femmes. La société civile doit être partie prenante à tous les niveaux de la mise en œuvre du processus d’intégration politique, sociale, économique et commercial.

Le dernier don européen de 45 millions d’euros destiné à promouvoir l’égalité et l’équité entre les hommes et les femmes dans la société marocaine à travers la mise en œuvre de l’agenda de l’égalité devrait durer 48 mois et se fixe pour objectifs d’assurer une meilleure protection juridique et tend aussi à développer des politiques gouvernementales et des programmes sectoriels en faveur de l’égalité hommes-femmes , mais jusqu’à présent aucune mesure n’est prise pour la mise en œuvre de ce programme qui porte aujourd’hui le nom de plan gouvernemental de l’égalité vers la parité « IKRAM ». L’appui budgétaire au programme gouvernemental devrait favoriser le développement d’une culture de l’égalité, par le biais des campagnes de sensibilisation et de lutte contre les stéréotypes sexistes mais cette partie ne figure plus dans « IKRAM ».

Enfin, le Réseau Marocain Euromed des ONG lance son appel aux parties de ce partenariat pour l’intégration du Réseau Marocain Euromed des ONG dans l’élaboration et la mise en oeuvre du plan d’action UE- Maroc aux titres des années 2013/2017

 

 

 

Pour le Réseau Marocain Euromed des ONG

Le coordinateur : Hamid Lamrissi

 

Casablanca (Maroc), le 6 Mars 2013

Avec le soutien de la délégation de la commission  européenne à Rabat
La délégation de la commission européenne à Rabat n’assume aucune responsabilité du contenu de ce site